Les actions expérimentales

Thursday, August 29, 2018
Les massifs paysagers : Plantes et Cités
En 2010, l’atelier met en place avec l’association des Arbusticulteurs et Plante&Cité des plateaux de démonstration et d’expérimentation sur la conception de massif paysager en « auto gestion ». Les enjeux de ces travaux sont les suivants : concevoir des massifs esthétiques qui se maintiennent en équilibre durant leur phase d’évolution puis de stabilisation ; les arbustes sont proches de leur développement naturel afin de limiter les temps de travaux et les rémanents, disposer d’arguments et de données précises, validées scientifiquement sur des pratiques encore non usuelles et dont les bénéfices en terme de temps de travaux, de réduction de volumes de rémanents, d’esthétique sont aujourd’hui constatés de manière empirique, à terme, concevoir des « recommandations techniques », à destination des collectivités territoriales et des concepteurs pour la réalisation de massifs « satisfaisant » les exigences de chacune des parties. En parallèle de cette démarche technique, d’autres travaux associant les étudiants sont mis en place par des espaces de démonstration sur des associations végétales durables (haies thématiques, carrés de vivaces, plateforme de fauche tardive…) Les objectifs étant de proposer aux apprenants une approche différente du paysage en privilégiant les enjeux actuels de durabilité, de biodiversité et de respect de l’environnement.
Productions plantes locales
En 2015, l’établissement en partenariat avec l’institut technique Arexhor Seine Manche, travaille sur la mise au point d’une gamme de plantes herbacées pouvant répondre au cahier des charge du label « Végétal local® ». Les tests mis en place pour proposer à la filière horticole de nouveaux produits sont: La mise en culture de plantes issues des espaces naturels (test de germination, de croissance, de culture…) L’évaluation de l’intérêt paysager de ces plantes dans les opérations d’aménagement. Le développement de protocole de production respectant les cahiers des charges de la marque « Végétal local® ». Les premiers résultats de ses travaux sont attendus pour 2018.
Eco-concept et mulitfonctionnalité paysagère
L’EPLEFPA d’ Evreux a obtenu une décharge tiers temps sur la période 2015-2018 pour la mise en place d’un outil de démonstration et de vulgarisation d’éco-conceptions paysagères permettant de répondre à la question : « Quelle gamme et quelles associations végétales pour quelles fonctions attendues ? » Le projet mise sur l’utilisation de plantes locales, et veut contribuer à la construction de références techniques pour des aménagements paysagers urbains et ruraux associant durabilité, biodiversité locale et insertion dans le cadre de la trame verte et bleue. Ce travail se mène en parallèle avec l’expérimentation menée par l’AREXHOR Seine Manche dans le but de produire des plantes locales. Tout cela doit se traduire par la mise en place de modules écopaysagers sur l’atelier, avec un dispositif d’animation et de vulgarisation auprès des personnels de l’établissement et des apprenants mais aussi auprès des professionnels, des autres établissements de la Région et d’autres publics. Ce projet va permettre de faire le lien entre les différentes filières de l’établissement (production horticole, aménagements paysagers et gestion des espaces naturels et de la faune), et entre les différentes disciplines techniques (conception, réalisation, entretien et suivi de la biodiversité) et générales (traitement des données, communication). Les décisions de mise en œuvre seront validées par un comité de pilotage réuni deux fois l’année, et qui associe des partenaires professionnels locaux, des établissements d’enseignement normands, des structures publiques. Pour arriver à concrétiser cette démarche, l’établissement a obtenu en septembre 2015 une subvention CASDAR pour 3 ans. Cette somme, nous permet de : mettre en place les plateaux de démonstrations et de vulgarisation des aménagements paysagers éco-conçus, développer une gamme « végétal local » labellisée, mettre en réseau des acteurs du paysage et de l’horticulture (et création d’un colloque en 2018), favoriser les changements de pratiques pédagogiques et implication des équipes pédagogiques dans les programmes d’expérimentation. Un des enjeux au terme de ce projet est de labelliser « Eco-Jardin » les espaces paysagers l’atelier pour permettre de fédérer les disciplines autour d’un projet commun.